Résultats d’examens biologiques Accéder à l'espace IFSI Filière gérontologique du Roannais

Zoom sur

Zoom sur

Vous recherchez

Une nouvelle technique en gynécologie

 NOVASURE – Une alternative à l’hystérectomie

 

Le service de gynécologie utilise depuis quelques mois un dispositif de deuxième génération de destruction de l’endomètre (Novasure). Celui-ci constitue une alternative reconnue  à l’hystérectomie.

 

Dans ce cas précis, l'ablation globale de l'endomètre par Novasure est un traitement de dernière génération destiné à réduire les règles trop abondantes. Contrairement à l'hystérectomie (qui consiste à enlever tout l'utérus), cette intervention détruit uniquement la surface interne de l'utérus (l'endomètre) qui est la source du saignement. Les précédentes techniques : l’ablation de l'endomètre conventionnelle au résecteur ou les  dispositifs dits de première génération, présentaient une certaine efficacité mais les rechutes étaient  fréquentes et parfois précoces.

 

Ce nouveau dispositif est réalisé exclusivement en ambulatoire. Il demande 60 à 120 secondes de traitement et permet aux femmes de ne plus saigner de façon abondante comme c’est souvent le cas pour les femmes situées dans la tranche d’âge entre 40 et 50 ans. C’est une véritable alternative à l’hystérectomie donc un véritable  plus en matière de santé et de bien être pour les femmes.

 

La réalisation d’une procédure Novasure est aisée pour les médecins gynécologues  familiarisés à la chirurgie de l’utérus.

 

A qui s’adresse ce traitement ?

 

Ce traitement s’adresse à des femmes n’ayant plus de désir de grossesse (en effet les grossesses ne seront plus possible après destruction de l’endomètre) et gênées par des règles trop abondantes souvent responsables d’anémie et de fatigue chronique. Il permet d’éviter les traitements hormonaux progestatifs (comprimés ou stérilets)

 

Combien de femmes ont pu bénéficier de ce dispositif à ce jour ?

 

A ce jour, une vingtaine de femmes a déjà bénéficié de ce dispositif sur le centre hospitalier.

Les études médico-économiques françaises (en particulier lyonnaises) classent ce dispositif, dit de seconde génération, comme celui ayant le meilleur rapport cout- efficacité. La satisfaction des femmes est de l’ordre de 91% sur le plan national ; une évaluation de la satisfaction des femmes du bassin roannais est, dès à présent en cours.